Le numéro printemps/été 2018 de la revue 6 Mois à ne pas manquer!

A chaque numéro, la revue 6 Mois propose de « raconter l’époque en images, avec des histoires complètes, qui tirent un fil narratif sur des semaines, des mois, parfois même des années, pour donner à voir et à comprendre le monde, pour constituer au fil des numéros une mémoire visuelle, subjective et forte, de notre XXIe siècle, celui de la mondialisation » comme le rappelle l’édito du numéro 15, printemps/été 2018.

Cette édition s’intéresse notamment aux villes folles. L’urbanisation galopante et l’uniformisation des modes de vie sont des phénomènes qui touchent aussi bien l’Asie que l’Afrique, comme le montrent les photoreportages de:
  • Pascal Meunier « Vientiane, plaquée or » : Des chantiers titanesques, des casinos, des milliardaires… La capitale du Laos, pays communiste, parmi les plus pauvres de la planète, promet à son peuple un futur triomphant en embrassant l’économie de marché.
  • Jesco Denzel « Lagos la dingue » : En plein boom, la capitale économique du Nigeria a besoin de place. Les autorités veulent voir disparaître ses bidonvilles, les habitants résistent. Jesco Denzel s’est plongé dans les marges de cette ville de 20 millions d’habitants.

Dans ce monde interconnecté, les grandes villes ne sont pas les seules à être impactées. À Bure, 82 habitants dans la Meuse, des dizaines de militants résistent contre un projet pharaonique d’enfouissement des déchets nucléaires les plus radioactifs. Fabrice Caterini suit leur combat.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A l’inverse, certaines régions semblent échapper à cette course folle et se tenir à l’écart de la mondialisation à l’instar de Kihnu, « L’île aux femmes », au large de l’Estonie, à découvrir avec le photoreportage de Fabian Weiss. Cette île est réputée pour la force de caractère de ses habitantes. Gardiennes des traditions, ces femmes se demandent comment s’ouvrir au tourisme sans dénaturer leur culture. Fabian Weiss a saisi leur dilemme.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

De même, Le Brunette Bros Circus poursuit sa route à travers l’Europe dans une sorte de bulle protectrice avec ses « Enfants de bohème »: Lisa et Maria au volant, les copains dans le camion, les enfants dans la caravane. Avec ses photos, Stephanie Gengotti chante leur liberté.

Circus Love 5 - Stéphanie Gengotti
Circus Love 5 – Stéphanie Gengotti

Les photographies présentées dans cet article et bien d’autres encore sont à découvrir dans le numéro 15 de la revue 6 Mois et peuvent être achetées en tirages sur le site de The Chata Gallery!

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s