Photoreportage – Jusqu’au 19 novembre: rendez-vous au 14 rue du Château d’Eau, Paris 10ème – Exposition, rencontres et projections

The Chata Gallery, galerie en ligne dédiée au photojournalisme, a ouvert un espace éphémère au 14 rue du Château d’Eau, Paris 10ème. Il reste une semaine pour le découvrir avec une très belle programmation pour les amoureux de la photo et des histoires!

  • Jusqu’au 19 novembre: l’exposition Cholitas, la revanche d’une génération de Delphine Blast 
Découvrez une toute autre culture, celle de la Bolivie, grâce aux photographies de reportage et aux portraits de Delphine Blast. Longtemps discriminées, les Cholitas, dont le terme désigne dans un espagnol familier des boliviennes d’origine indigène, reviennent aujourd’hui sur le devant de la scène : en politique, à la télévision, dans la mode et tout simplement dans la vie quotidienne. Elles symbolisent la dignité retrouvée des populations indiennes. Est également présenté le livre Cholitas de Delphine Blast, paru cette année aux Editions Bessard.
IMAGE UNE
2-Cholitas-®-Delphine-Blast-0-BD
Découvrez le tout nouveau webzine In Frame dédié à la photographie documentaire.
Projection et discussion avec les photographes Andrea Mantovani / Hans Lucas et Alain Keler / Agence Myop.
e8e44213-e319-48d6-b456-cb5e8294669e
Venez écouter en live la voix de ceux qui font les images d’aujourd’hui: Yann Lévy et Pierre Morel participeront à une discussion autour de leur travail réalisé pour Les Jours. Fondés en 2016, Les Jours, un site indépendant et sans publicité, défendent un journalisme singulier, curieux et tenace. Les images des Jours sont disponibles à la vente sur le site de la galerie: www.thechatagallery.com/lesjours
876bfa70-18c0-441a-b5f0-1b135f62b659
Yann Lévy, Rêve générale, mars 2016
Rencontrez notre laboratoire partenaire Art Photo Lab et découvrez tous les secrets des tirages d’art! L’équipe d’Art Photo Lab présentera également à cette occasion ses nouveaux tirages GLEAM’Art et dévoilera en exclusivité son tout nouvel espace à Arles: La Place des Photographes!
6fc19a2f-110a-439e-b6fc-4c1cb3734ec5
A retrouver également dans notre espace nos partenaires : les deux derniers numéros de la Revue 6 Mois, la revue Etats d’urgence paru aux Editions Libertalia, le journal de l’agence Zeppelin.

Information pratique :

Lieu : The Chata Gallery, 14 rue du Château d’Eau, Paris 10ème
Métro Jacques Bonsergent / République
Date : Jusqu’au 19 novembre 2017
Horaires : De 13h à 20h en semaine, de 11h à 20h le week-end
Publicités

Photoreportage: Rendez-vous dans le nouvel espace de The Chata Gallery à partir du 7 novembre!

Découvrez toute la programmation du nouvel espace de The Chata Gallery consacré au photoreportage:
Découvrez une toute autre culture, celle de la Bolivie, grâce aux photographies de reportage et aux portraits de Delphine Blast.
Longtemps discriminées, les Cholitas, dont le terme désigne dans un espagnol familier des boliviennes d’origine indigène, reviennent aujourd’hui sur le devant de la scène : en politique, à la télévision, dans la mode et tout simplement dans la vie quotidienne. Elles symbolisent la dignité retrouvée des populations indiennes. Sera également présenté le livre Cholitas de Delphine Blast, paru cette année aux Editions Bessard.
Going to university
Cholitas, la revanche d'une génération
Les photographes de l’agence Zeppelin, Bruno Valentin, Julien Pannetier et Lucas Santucci partageront leurs reportages sur la situation des Rohingya au Bangladesh, sur l’expédition Adaptation ainsi qu’un making off de leurs images.
68e8861a-068a-4e0c-98b8-45bffa38f042
Découvrez le tout nouveau webzine In Frame dédié à la photographie documentaire.
Projection et discussion avec les photographes Andrea Mantovani / Hans Lucas et Alain Keler / Agence Myop.
e8e44213-e319-48d6-b456-cb5e8294669e
Venez écouter en live la voix de ceux qui font les images d’aujourd’hui: Yann Lévy et Pierre Morel participeront à une discussion autour de leur travail réalisé pour Les Jours. Fondés en 2016, Les Jours, un site indépendant et sans publicité, défendent un journalisme singulier, curieux et tenace. Les images des Jours sont disponibles à la vente sur le site de la galerie: www.thechatagallery.com/lesjours
876bfa70-18c0-441a-b5f0-1b135f62b659
Rencontrez notre laboratoire partenaire Art Photo Lab et découvrez tous les secrets des tirages d’art!
L’équipe d’Art Photo Lab présentera également à cette occasion ses nouveaux tirages GLEAM’Art et dévoilera en exclusivité son tout nouvel espace à Arles: La Place des Photographes!
6fc19a2f-110a-439e-b6fc-4c1cb3734ec5
Information pratique
Lieu : The Chata Gallery, 14 rue du Château d’Eau, Paris 10ème
Métro Jacques Bonsergent / République
Date : Du 7 au 19 novembre 2017
Vernissage : Le mardi 7 novembre à partir de 18h30
Horaires : De 13h à 20h en semaine, de 11h à 20h le week-end

Les rencontres photographiques du 10ème: lancement le 17 octobre!

A notre agenda « Photojournalisme & médias » cette semaine, :

Capture

Et toujours en cours:

Prix Bayeux, live photo de 6 Mois, festival photoreporter de Saint Brieuc: l’agenda du 2 au 8 octobre

Trois événements importants cette semaine:

Cette édition mettra notamment l’accent sur les journalistes locaux qui couvrent leur propre pays, prenant énormément de risques, que ce soit en Syrie ou en Irak. Un hommage sera notamment rendu à Bakhtiyar Haddad, le fixeur kurde irakien de 41 ans tué en juin dans l’explosion d’une mine à Mossoul (Irak), qui a également coûté la vie au journaliste français Stéphan Villeneuve, 48 ans, et à la reporter suisse, Véronique Robert, 54 ans, qui préparaient un reportage pour Envoyé spécial.

L’agence Noor fêtera également lors de cette édition ses 10 ans avec une exposition inédite Conflits oubliés, conflits de demain.

Capture

  • Du 7 octobre au 5 novembre: 6ème édition du Festival Photoreporter en Baie de Saint-Brieuc. Le festival adopte cette année pour ses expositions un fil conducteur: unREST, qui « correspond à cet état d’esprit d’incertitude et de renouveau, synthèse des deux tendances opposées qui animent le monde actuel ». « Les reportages de l’édition 2017 seront les contes de ces réalités duales qui coexistent, entre effondrement de nos sociétés et inexorable oscillation du balancier de la vie. Ils essayeront de nous amener à une compréhension plus profonde en racontant les histoires d’individus qui se (sou)lèvent à travers le monde. Du chaos à la sérénité, de l’épopée à l’intime, ces récits se rejoignent dans des nuances de gris, « unREST ».
  • Dimanche 8 novembre de 11h à 13h au MK2 Quai de Seine à Paris : L’autre Japon, le photo live de 6Mois. Des photojournalistes racontent en images un de leurs reportages au long cours publié dans la revue 6Mois.En présence de Marie-Pierre Subtil, rédactrice en chef de 6Mois, Stéphane Remael et Pascal Meunier, tous deux photographes et publiés dans le dernier numéro de la revue consacrée au Japon. L’une des photographies de Pascal Meunier publiées dans 6Mois est d’ailleurs en vente sur le site de notre galerie.
Japon, le pays du soleil couchantJapan, the land of the setting sun
Paradis 2.0, Nagoya, Pascal Meunier

Et toujours en cours:

  • Jusqu’au 28 octobre, à la galerie Fait & Cause, 58 rue Qincampoix, 75004 Paris : exposition « Fleuves frontières », photographies de Franck Vogel
  • Jusqu’au 28 octobre à la galerie Polka, 12 rue Saint Gilles, 75003 Paris: Exposition « Amateur » de Richard Dumas et jusqu’au 5 octobre « Cars » de Langdon Clay
  • Jusqu’au 2 novembre: 2ème biennale des photographes du monde arabe contemporain
  • Jusqu’au 12 novembre: les 10 ans de l’agence Signatures lors de la 13ème édition du festival international de la photographie l’Œil en Seyne.
  • Jusqu’au 17 décembre: « Traverser », exposition de photographies de Raymond Depardon à la Fondation Henri Cartier Bresson
  • Jusqu’au 29 janvier 2018: exposition Irving Penn au Grand Palais

L’Arche du photojournalisme à Paris: exposition Too young to wed de Stéphanie Sinclair jusqu’au 24 septembre!

Alors que le festival international du photojournalisme, Visa pour l’Image, a ouvert ses portes à Perpignan jusqu’au 17 septembre, un autre projet porté par Jean-François Leroy, président de Visa pour l’image, met à l’honneur le photojournalisme à Paris!

Depuis début juin, l’arche de la Défense accueille un nouvel espace d’exposition consacré au photojournalisme, baptisé l’Arche du photojournalisme, dont la direction artistique est ainsi assurée par Jean François Leroy.

Tous les 3 mois, le travail d’un photojournaliste et une thématique seront abordés dans cet espace incroyable de plus de 1200 mètres carrés situé au sommet de la Grande Arche de la Défense à 110m au dessus du sol.

Espace

L’exposition d’inauguration, intitulée Too Young to wed (Mariées trop jeune), visible jusqu’au 24 septembre, met en avant le travail de la photojournaliste américaine Stéphanie Sinclair sur les mariages précoces.

Toutes les deux secondes, une jeune fille est mariée contre son gré, soit 39 000 filles chaque jour, dans plus de 50 pays à travers le monde. Au cours des dix prochaines années, 140 millions de jeunes filles seront mariées avant l’âge de 18 ans. Le mariage précoce est une violation des droits fondamentaux. Il signe la fin de l’enfance. Ces jeunes filles sont forcées de quitter l’école et assumer un rôle d’adulte. Elles se retrouvent en situation d’asservissement domestique et sexuel dans leur foyer.

Ce travail au long cours entamé en 2003 en Irak et en Afghanistan multiplie les points de vue et aborde les différents enjeux liés à la question du mariage précoce : qu’ils soient sanitaires, économiques ou sociaux.

La photographe témoigne de la situation aux quatre coins du monde, de l’Afrique à l’Asie, en passant par le Moyen-Orient et l’Amérique (Yémen, Irak, Népal, Afghanistan, Guatemala, États-Unis, Éthiopie, Sierra Leone, Indonésie…)

Carte

Il est question de mariages précoces entre des jeunes filles parfois à peine âgée de 8 ans avec des hommes adultes, mais aussi de mariage précoce entre une jeune fille et un jeune garçon. La photographe suit par exemple un couple marié très jeune au Népal. Le mariage précoce était en recul dans ce pays mais suite au violent séisme de 2015, les familles renouent avec cette pratique par manque de ressources. De plus, de nombreuses écoles ont été détruites à cause du tremblement de terre, mettant à la rue de nombreux enfants, qui ne peuvent plus poursuivre leur scolarité.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les mariages précoces ne sont pas l’apanage des seuls pays en développement, ils existent aussi en Occident, l’exposition permet de découvrir la situation de jeunes filles mariées dans le cadre de l’Eglise fondamentaliste des saints des derniers jours (FSDJ), accusée d’éduquer les jeunes filles pour en faire les épouses des dignitaires polygames de l’Eglise.

Etats Unis

Il est également question des problèmes de santé rencontrés par ces jeunes filles mariées très jeunes, qui doivent faire face à des maternités précoces aux conséquences dramatiques. Le mariage précoce est aussi intimement lié à la place de la femme dans la société. La femme est dépourvue de ses droits et considérée comme un objet, elle ne peut aller à l’école, se retrouve dépendante financièrement de son mari et est souvent victime de violences conjugales, comme en témoignent ces photographies particulièrement émouvantes de femmes victimes d’attaque à l’acide, de jeunes femmes qui ont tenté de s’immoler pour se soustraire à des maris violents ou échapper à des mariages forcés… Quelques photographies prises dans un centre médical en Indonésie dénoncent également la pratique de l’excision, qui induit là encore une maltraitance des jeunes filles, de leur corps, une négation de leur liberté sexuelle.

BABY.jpeg

Dénoncer mais aussi susciter l’espoir

Stéphanie Sinclair montre aussi les solutions mises en place pour changer les mentalités et faire disparaître ces mariages précoces : avec des programmes de scolarisation, l’établissement de nouvelles cérémonies pour marquer le passage à la vie d’adulte autre que par la tradition de l’excision … Il y a aussi des portraits d’hommes et de femmes qui se battent dans leur pays pour faire comprendre les conséquences désastreuses des mariages précoces… La photographe a elle-même créé en 2012 sa propre ONG intitulée Too Young to wed pour lutter contre les mariages précoces. Un travail engagé qui donne une voix à des milliers de jeunes filles à l’enfance volée.

Rouge

Au sein de cet espace d’exposition, un hommage est aussi rendu au photojournaliste Stanley Greene disparu en mai dernier. Un photojournaliste prolixe, dont une infime partie de son travail est montré ici.

Stanley

Bref, un endroit à découvrir, malgré le tarif dû à la possibilité d’accéder au toit terrasse de l’Arche, qui vaut aussi le détour!

Information pratique :

Plein tarif : 19€ (Tarif de l’exposition : 4 euros, ne peut se visiter sans l’accès au toit terrasse: 15 euros)

Ouvert tous les jours de 10 heures à 19 heures

http://www.lagrandearche.fr